Présentation de l’exposition

L’exposition intitulée : « Etoile. Marcel-Lenoir [Dessinateur-Peintre], Magicien de l’Art Moderne », conçue par Marie-Ange Namy, prend appui sur la vision, la sélection de Jules Oury dit Marcel-Lenoir, la collection ainsi que les travaux universitaires de l’autrice, spécialiste de l’artiste et de l’homme. Le titre même de l’exposition choisi par Marie-Ange Namy, entre appellation à la fois sérieuse, poétique et joyeuse, est inspiré par les attaches de Marcel-Lenoir avec la Magie ainsi que le parcours magique de l’artiste. Un portrait de Marcel-Lenoir en sorcier par le caricaturiste Charly, 1898, ainsi qu’une photographie figurant l’artiste déguisé en magicien, 1928, documents conservés au Musée Marcel-Lenoir, viennent illustrer le propos. L’exposition mise en scène se veut permanente et colorée d’une empreinte temporaire, entre joyaux permanents et joyaux temporaires. En effet, chaque année, le visiteur a la joie de re/découvrir maintes œuvres, exposées en permanence, trésors mythiques et repères mis en majesté, ainsi Le monstre, 1896, L’invocation à la madone d’onyx vert, 1897, Le Christ pardonnant le monde, 1898, La mère de l’artiste, 1900, La veillée du mort, 1901, La folie mystique, 1904, Le printemps, 1908, Les fiançailles, 1910, Le manège, 1910, Le paysage de Saint Antonin, 1910, La descente de croix en musique, 1911, Le cantique des mains, 1911, La Vierge à la houlette, 1912, Le square à la Vierge, 1913, La place nationale, 1913, La famille mystique, 1914, La jeune fille au panier de fruits, 1918, La vie de Jésus, 1919, La Vierge à la pomme, 1919, L’autoportrait cubiste, 1920, L’autoportrait à l’écharpe grise, 1920, Le chapeau de paille, 1920, Les heureux, 1920, La danse, 1920, L’écharpe blanche, 1925, L’autoportrait à la craie, 1928. Aussi, chaque année, à leurs côtés, le visiteur est heureux de découvrir de nouvelles œuvres, quant à elles, surprises saisonnières et passagères, pépites inédites mises en lumière qui ponctuent la visite. Ainsi, cette exposition éternelle, re/vivifiée chaque année, se veut-elle vivante, attractive et magnétique. L’exposition se veut rétrospective, elle est soucieuse de présenter et valoriser l’ensemble de la création de l’artiste, de son parcours, de ses œuvres de jeunesse à celles de la maturité. Le parcours de l’exposition se veut chronologique et thématique. Une centaine d’œuvres emportent le spectateur dans l’univers de Jules Oury dit Marcel-Lenoir. Les œuvres, accrochées, suspendues aux cimaises, semblent comme cousues pour le lieu déjà insolite qu’elles subliment. Le commissariat de l’exposition est assuré par Marie-Ange Namy et Jean-Baptiste Namy.